VALET


VALET
VALET

VALET ou VARLE

Mot de la langue courante, de même origine (latin, vassaletus ) que le mot savant «vassal», employé pour qualifier l’homme entré librement en dépendance pour obtenir d’un plus puissant sa protection et un bienfait. Fut au Moyen Âge qualifié de valet tout homme que sa position professionnelle plaçait sous l’autorité d’un autre: le soldat au service d’un autre (XIIe-XIIIe s.) et surtout (XIIIe-XVe s.) le salarié, domestique ou non. Le terme de compagnon concurrença celui de valet et tendit à le remplacer à la fin du Moyen Âge, en sorte que le valet ne fut plus, à l’époque moderne, que l’employé domestique.

Les valets de l’artisanat et du commerce avaient des conditions de vie et de travail fort différentes selon les temps et les lieux, selon les métiers et, surtout, selon l’importance de l’entreprise et leur propre niveau de qualification. Dans l’artisanat le plus simple (ferron, tailleur, boulanger, par exemple), le valet vivait dans la famille de son maître. Les valets des tisserands ou des teinturiers, au contraire, formaient dans certaines villes, comme à Gand, un véritable prolétariat.

De nombreux conflits opposèrent maîtres et valets. Plus souvent que sur le salaire, qui dépendait étroitement du marché de l’embauche et que réglementaient dans la mesure du possible les pouvoirs publics, ces conflits portaient sur la durée du travail.

Malgré l’emprise des organisations de maîtres (métiers jurés, corporations, confréries), les valets tendirent à se doter de groupements propres, qui sont à l’origine des compagnonnages de l’époque moderne. Au mépris des règlements, beaucoup travaillaient à leur compte, avec la complicité intéressée de la clientèle (surtout dans les artisanats du vêtement). Les barrières dressées à l’encontre de leur promotion sociale (coût de la maîtrise, chef-d’œuvre, etc.) furent cependant très efficaces et creusèrent, entre maîtres et valets, au cours des XIVe et XVe siècles, un fossé social que franchissaient de très rares valets, grâce à d’opportuns mariages avec la veuve ou la fille de leur maître.

valet [ valɛ ] n. m.
• déb. XIIe; lat. pop. °vassellittus, du gaul. °vasso
I
1Anciennt Écuyer au service d'un seigneur.
Officier d'une maison princière, royale. Premier valet de chambre du roi.
2(1611) Carte sur laquelle est représenté un jeune écuyer, et qui vient en général après le roi et la dame. Un brelan de valets. Valet de pique. mistigri, pouilleux.
II
1(fin XIIe) Vieilli Domestique. laquais, serviteur . L'intendant et les valets. valetaille. « Maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune » (Beaumarchais). Le personnage traditionnel du valet dans la comédie. PROV. Les bons maîtres font les bons valets. Tel maître, tel valet. Péj. Avoir l'âme d'un valet, servile. ⇒ laquais, larbin. Loc. Vx Je suis votre valet, votre serviteur. — VALET DE PIED : autrefois, Homme en livrée qui suivait les grands personnages. Mod. Domestique de grande maison, en livrée. — VALET DE CHAMBRE : autrefois, Domestique chargé du service personnel du maître. Mod. Domestique masculin.
Par ext. Mod. Personne d'une complaisance servile et intéressée à l'égard d'une autorité. Les valets du capitalisme.
2Salarié chargé de certains travaux. Valet de ferme : ouvrier agricole. — Valet de chiens, de meute. Valet d'écurie, chargé des soins des chevaux. ⇒ palefrenier.
III(XVe)
1Techn. Appareil, pièce ou dispositif destinés à faciliter un travail. Valet de menuisier : pièce de fer coudée. « Les valets de fer massif dont on étayait les vantaux se sont abattus » (J.-R. Bloch).
2(1964) Valet (de nuit) : cintre monté sur pieds et pourvu d'accessoires, sur lequel on place ses vêtements quand on se déshabille. « à droite du lit, le valet de nuit en cuivre et acajou, avec son cintre galbé, avec son système breveté assurant aux pantalons un pli éternel, son porte-ceinture, son porte-cravate escamotable, et son vide-poches » (Perec).

valet nom masculin (latin populaire vassellittus, diminutif du bas latin vassus, du celtique vasso-, homme) Serviteur à gages. Personne d'une complaisance servile et intéressée à l'égard de quelqu'un, d'une autorité : Les valets du pouvoir. Terme générique utilisé autrefois pour désigner certains ouvriers agricoles (par exemple valet d'écurie, valet de ferme). Nom donné à la carte de chaque couleur qui porte la figure d'un valet ou servant d'armes. Bâtiment Longue barre de fer servant à immobiliser un vantail de porte en position fermée. Chimie Support de forme cylindrique en liège, métal, élastomère, pour ballons, capsules, etc. Féodalité Synonyme de varlet. Menuiserie Pièce de fer coudée qui sert à maintenir une pièce de bois sur l'établi. ● valet (citations) nom masculin (latin populaire vassellittus, diminutif du bas latin vassus, du celtique vasso-, homme) Jean-François Collin d'Harleville Maintenon, Eure-et-Loir, 1755-Paris 1806 Académie française, 1803 Rarement un valet dit du bien de son maître. Les Châteaux en Espagne Claude de Trellon vers1560 vers1611 Qui se dit mon valet, je me dis son esclave ; Qui se hausse d'un pied, je me hausse de deux. Discours à Monsieur de la Brouevalet (expressions) nom masculin (latin populaire vassellittus, diminutif du bas latin vassus, du celtique vasso-, homme) Valet de pied, serviteur en livrée chargé du service de table et de maison dans certaines maisons, certains hôtels, ou dans des cérémonies d'apparat. Valet de nuit, cintre monté sur pied, avec porte-pantalon et socle à chaussures, sur lequel on peut déposer ses vêtements. Valet de comédie, rôle de valet de théâtre, hérité des rôles d'esclaves des comédies grecques et latines et de domestiques fripons de la comédie italienne. (Il est à la fois confident et maître de l'intrigue, rusé et parfois fourbe.) ● valet (homonymes) nom masculin (latin populaire vassellittus, diminutif du bas latin vassus, du celtique vasso-, homme) valaient forme conjuguée du verbe valoir valais forme conjuguée du verbe valoir valait forme conjuguée du verbe valoir vallée nom fémininvalet (synonymes) nom masculin (latin populaire vassellittus, diminutif du bas latin vassus, du celtique vasso-, homme)
Synonymes :
- Féodalité. varlet

valet
n. m.
d1./d Domestique. Valet de chambre: domestique masculin.
d2./d Fig., péjor. Personne qui obéit servilement. âme de valet. Syn. larbin.
d3./d TECH Nom donné à certains outils ou organes mécaniques aidant à l'exécution d'un travail (notam., en maintenant ou soutenant).
Valet de menuisier, qui maintient sur l'établi des pièces à travailler.
d4./d JEU Carte figurant un valet (sens 1). Valet de coeur.

⇒VALET, subst. masc.
A. — [Désigne une pers.]
1. a) Vieilli
) ,,Jeune gentilhomme attaché à la personne d'un chevalier ou d'un grand seigneur, pour remplir auprès de lui les fonctions de page ou d'écuyer`` (BOUILLET 1859).
) HIST. (Ancien Régime). Officier faisant partie de la maison du roi ou d'une maison princière. Valet de chambre du roi; valet de limiers. Bonaparte se rendit à l'église de Notre-Dame dans les anciennes voitures du roi, avec les mêmes cochers, les mêmes valets de pied marchant à côté de la portière (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 42). La chemise donnée au roi [par le grand chambellan], le premier valet de chambre aidant à passer la manche droite, le premier valet de garde-robe la manche gauche: de même au coucher, le premier valet de chambre défaisant la jarretière à droite, le premier valet de garde-robe à gauche (MARION Instit. 1923).
b) [Dans un jeu de cartes] Carte sur laquelle est représenté un jeune écuyer, et qui par ordre d'importance vient après le roi et la dame. Valet de cœur, de carreau, de pique, de trèfle; un brelan, un carré de valets. Le banquier a vu le battement des cils, il découvre son jeu: valet de carreau, cinq de pique (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 399).
P. anal., vx. Valet de carreau. Personne sans valeur, qui ne mérite aucune considération. On le reçut comme le valet de carreau, comme un valet de carreau (Ac. 1798-1878).
2. a) Domestique à gages employé par une personne pour la servir. Synon. laquais, serviteur. Valet fidèle, dévoué:
L'Espagnol rentra chez lui et dit à Zampa: — As-tu des amis? — Belle question, dit insolemment le Portugais; Monsieur n'en a-t-il pas? — Eh bien, acheva don José, tu peux aller les voir demain. On m'ordonne de te renvoyer pour vingt-quatre heures. Don José montra à son valet confident le billet de Banco.
PONSON DU TERR., Rocambole, t. 4, 1859, p. 259.
En partic.
Valet de chambre. V. chambre I A 2 a loc. diverses.
Valet de pied. Serviteur en livrée qui escorte son maître, l'aide à monter ou descendre de voiture, etc. Joseph montait dans sa voiture conduite, en cette circonstance, par le chauffeur assisté du valet de pied (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p. 93).
Valet d'armes, armé (vx). Garde du corps. (Dict. XIXe et XXe s.).
Valet à louer. Domestique qui n'a plus de maître (Ac. 1798-1878).
Expressions
Être (comme) le valet du diable (vieilli). Faire plus qu'on ne demande. Je ne suis pas le valet du diable, je n'en fais pas plus qu'on ne m'en dit, mais je fais ce qu'on me dit (SOULIÉ, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 20).
Être congédié comme un valet. Être congédié brutalement. (Dict. XIXe et XXe s.).
Proverbes
Les bons maîtres font les bons valets. ,,En traitant bien ses domestiques, on s'en fait bien servir`` (Ac. 1878).
Tel maître, tel valet. V. maître I A 1.
THÉÂTRE. Valet de comédie. Serviteur qui se caractérise par son sens de la ruse et de l'intrigue. Le valet de comédie est effronté, hardi, voleur, mais habile, souvent dévoué (GUIZOT 1864). Le bouffon anglais n'a rien du valet de comédie ni du Gracioso. Le seul personnage avec lequel on puisse le confondre est son compatriote, le clown qui lui survit encore aujourd'hui (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 90).
b) P. ext., péj. Synon. laquais, larbin.
) Personne d'une complaisance servile et intéressée; personne qui sert quelqu'un, une cause avec un empressement servile. Valets du pouvoir; se conduire en valet. C'étaient presque toujours des valets complaisants qui se tenaient aux ordres, et qu'une prompte libération venait récompenser d'avoir bien servi le nazisme contre la communauté captive (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 148).
P. anal. Trop de journaux bourgeois ou valets de bourgeois, trop même de « grands littérateurs », dont la vie entière a été de combines (...) d'exploitation hideuse du régime, s'écrient aujourd'hui que si la France a été battue, c'est parce que le Français n'était qu'un fainéant (L'Œuvre, 14 mars 1941).
Se faire le valet de qqn. Se montrer servile à l'excès à l'égard de quelqu'un. Le plus fort est que toutes les contraventions profitaient (...) aux Allemands, dont Brook, adroit manœuvrier, s'était fait le plat valet. Il saluait militairement les officiers, portait leur valise (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 379).
Âme de valet. Esprit servile, bas. (Dict. XIXe et XXe s.).
) Personne méprisée. La situation changeait, l'instituteur n'était plus le pauvre hère, le valet mal payé, méprisé des paysans, devant le curé mieux renté, engraissé par son casuel (ZOLA, Vérité, 1902, p. 275).
3. Domestique à gages, ouvrier agricole, aide chargé d'effectuer certains travaux. Valet d'auberge, d'abattoir.
Valet de chaudière (vx). Domestique chargé de faire la vaisselle. (Dict. XIXe s.).
Valet de cuisine. Aide cuisinier. Synon. marmiton. Car j'entendais un jour, en passant dans un couloir près d'une cuisine, un gâte-sauce qui proclamait avec des gestes emphatiques: « La culbute finale, tous, il faudra qu'ils y passent, oui, tous! Le Roi comme les autres! » Et j'ai approuvé qu'au bout de ma philosophie je trouve un valet de cuisine (MONTHERL., Reine morte, 1942, III, 4, p. 212).
Valet d'écurie. Domestique chargé du soin des chevaux. Synon. palefrenier. Espèce de démon domestique, sa joie était de maltraiter chiens, marmitons, valets d'écurie, et jusqu'aux lingères de l'hôtel, car il affichait pour les femmes le mépris dû à leur pusillanimité et à leur faiblesse (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 46).
— [Dans une exploitation agricole]
Valet de charrue. Aide qui est chargé de l'entretien de la charrue et de l'attelage. Une fiction optimiste mettait sur un pied d'égale indépendance le valet de charrue du dernier hameau de la Lozère et le riche fournisseur aux armées de la Chaussée d'Antin (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 117).
Valet de cour. Domestique chargé du soin de la basse-cour. [Bénédict à Louise:] — (...) qu'ils se fassent valets de cour ou valets de basse-cour (SAND, Valentine, 1832, p. 140).
Valet de ferme. Ouvrier agricole. Jean Destreux, le valet de ferme qui fut écrasé chez nous en tombant du haut d'un chariot de blé (LORRAIN, Phocas, 1901, p. 294).
Maître valet. Celui qui dans une ferme a autorité sur les autres valets. (Dict. XIXe et XXe s.).
CHASSE. Valet de limier(s). Aide qui fait le bois avec le limier et s'occupe de la répartition des relais. L'expérience et la sagacité des vieux traqueurs de sangliers et des valets de limier (VIDRON, Chasse, 1945, p. 103). Valet de chiens (courants). V. chien1 I B synt. e.
— [Dans une fonction de service publ.]
Valet de bourreau. V. bourreau I A. Expr., vieilli. Cruel, insolent comme un valet de bourreau. D'une cruauté impitoyable, d'une insolence odieuse (ibid.).
Valet de ville, de place. Commis affecté au service des voyageurs d'une ville. Le fonctionnaire public, depuis le chef suprême de l'État jusqu'au dernier valet de ville est le mandataire de la nation (PROUDHON, Révol. soc., 1852, p. 167).
B. — [Désigne une chose] Appareil, dispositif, objet destiné à faciliter un travail, à maintenir, à supporter quelque chose.
Valet à débotter (vx). Tire-bottes. (Dict. XIXe et XXe s.).
Valet de nuit. Large cintre monté sur pieds permettant de disposer les différentes pièces d'un costume d'homme. (Dict. XXe s.).
CHIM. ,,Lamelle porte-objet sur la platine du microscope`` (DUVAL 1959). Support qui sert à donner une assise à un tube, à un ballon. (Dict. XXe s.).
HORLOG. Pièce de la quadrature d'une montre ou d'une pendule à répétition. (Dict. XIXe et XXe s.).
MENUIS. Pièce de fer coudée à angle aigu qui sert à maintenir une pièce de bois sur l'établi. Le fût doit toujours être fait avec du bois sec, et d'une contexture très-ferme. Le layetier veut-il se servir de ces deux outils, il arrête sur l'établi le bois au moyen du valet, et le bout de la pièce contre le crochet (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 198).
MOBILIER Valet de miroir. ,,Morceau de bois ou de métal qui, placé derrière les miroirs de toilette, les soutient d'aplomb`` (HAVARD 1890). Valet de siège. ,,Armature en fer se repliant sur elle-même, qu'on adaptait aux sièges dits de commodités, et sur laquelle on pouvait disposer un pupitre ou une petite table`` (HAVARD 1890).
PÊCHE. Perche de bois munie de deux crochets permettant de maintenir un filet de pêche tendu et ouvert. (Dict. XIXe et XXe s.).
SERR., vx. Contrepoids qui permet à une porte de se refermer d'elle-même. Un contre-poids qui, disposé mécaniquement derrière une porte, monte lorsqu'on ouvre cette porte et puis redescend de lui-même pour faire qu'elle se referme sans qu'on y touche, est un valet (JOSSIER 1881).
TISS. Arrêt d'appui à ressort qui dans les métiers à tisser à bras sert à maintenir le rouleau en place lorsqu'il a effectué un quart-de-tour. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. formes de valoir (valais...). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. « Garçon, jeune homme issu de maison noble, non encore armé chevalier, qui accomplit divers services » a) ca 1140 domaine de la chasse (GEFFROI GAIMAR, Estoire des Engleis, éd. A. Bell, 6361); 1155 (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 14207: Garçons apela e vadlez, Levriers fist mener e brachez [...], Unc cerf ne bisse ne troverent); b) 1160-74 service des armes (ID., Rou, éd. A. J. Holden, III, 3600: Od Willeaume fu Gui norriz Des que il fu vadlez petiz; [...] E quant il l'out fait chevalier [...]; III, 8758); ca 1170 (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec, éd. M. Roques, 1964: Comanda [li rois Artus] .C. vaslez baignier, Que toz les vialt chevaliers faire; 4257); c) ca 1170 services domestiques (ID., ibid., 3120: O lui un escuier venoient dui vaslet Qui portoient et pain et vin Et cinc fromages de gaïn; 4236); d) 1611 « carte à jouer sur laquelle est représentée la figure d'un jeune écuyer » valet de Picques (COTGR.); 2. 1155 « enfant mâle, issu de maison noble » (WACE, Brut, 1403: Guendoliene rout enfant Un vallet, meïsme cel an, Sil firent apeler Madan); 1160-74 (ID., Rou, III, 1047); ca 1170 (Rois, I, XVII, 33, éd. E. R. Curtius, p. 34: Respundi Saül [à David] Ne te poz pas a lui cupler, kar tu es vadlez e il [Goliath] est un merveillus bers de sa bachelerie); 3. 1260 « aide du maître, du patron; apprenti » (ÉTIENNE BOILEAU, Métiers, éd. R. de Lespinasse et Fr. Bonnardot, I, I, 44: vallès ou aidans a Talemelier; nombreux ex., index, p. 395a); 4. « serviteur, domestique » [cf. A 1 c duquel il est délicat de le dissocier, cf. 1615, PASQUIER, Rech., VIII, 3 ds HUG.: valet ancienement s'adaptoit fort souvent à titre d'honneur près des rois [...] Maintenant [...] il se donne à ceux qui entre nos serviteurs sont de moindre condition, et quasi par contemnement et mespris] 1174-76 (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 3978; 4683: vaslet a pié); mil. XVe s. péj. faire les bons varletz « se montrer bassement complaisant » (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 28); 1658 votre valet formule d'adieu (LORET, Muse hist. ds LIVET Molière); spéc. a) 1306 un vallet de sa chambre [du roi] (JOINVILLE, St Louis, éd. N. L. Corbett,603, p. 209); 1372 varlés de chambre (D. FOULECHAT, trad. du Policrat. de J. de Salisb., Bibl. nat. fr. 24287, fol. 90a ds GDF. Compl.); b) 1377 varlet de chiens (GACE DE LA BUIGNE, Deduis, éd. Åke Blomquist, 8009-8010); c) 1549 varlet de cuisine (EST.). B. Élément destiné à rendre un service, à faciliter un travail 1. a) 1539 varlet d'huis « contrepoids refermant une porte » (EST. d'apr. FEW t. 14, p. 200b); 1549 (EST.); b) 1752 valet « barre servant à bloquer le battant d'une porte » (Trév.); 2. 1589 vallet [de miroir] (Inventaire de Cath. de Médicis ds HAVARD t. 4, col. 1503); 3. 1622 menuis. vallet (E. BINET, Merv. de nat., p. 445 ds GDF. Compl.); 4. 1723 mégiss. (SAVARY d'apr. FEW, loc. cit.; éd. 1741, t. 3, col. 536); 5. 1765 horlog. valet ou sautoir (Encyclop. t. 16, p. 817b). D'un b. lat. ou dér. de vassus (v. vassal) à l'aide du suff. - (-et) précédé respectivement des suff. - (-eau) ou - (v. -ule). Pour les sens du mot en a. fr. et ses nuances par rapport aux synon. bachelier, jouvenceau, damoiseau, meschin (v. mesquin), voir A. STEFENELLI, Der Synonymenreichtum der altfranzösischen Dichtersprache, pp. 68-74; v. aussi garçon. À rapprocher de B 3, l'a. prov. varlet « valet d'établi d'un menuisier » (1473 ds PANSIER t. 3). Fréq. abs. littér.:2 895. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 883, b) 6 406; XXe s.: a) 3 364, b) 2 688.
DÉR. 1. Valetage, subst. masc. a) Vx. Office de valet. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Au fig., péj. Conduite servile, basse courtisanerie. Au plur. Actes de servilité. Ceux qui ont de l'esprit ont mille bons contes à faire sur les sottises et les valetages dont ils ont été témoins (CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p. 37). []. Att. ds Ac. 1798-1878. 1res attest. a) 1401 a. wall. varletaige « droit qu'un ouvrier compagnon payait à ses compagnons de métier » (doc. Arch. Mons ds GDF.), seulement en m. fr., ibid., b) 1680 « service de valet » (RICH.); de valet, suff. -age. 2. Valeter, verbe intrans., péj., vieilli. Avoir une assiduité servile auprès de quelqu'un pour obtenir quelque chose. Léon Bloy comprit alors que toute démarche serait inutile, qu'on le lâchait simplement et ignoblement parce qu'on avait le besoin de valeter ou de putasser au Figaro, et que son amitié devenait compromettante (BLOY, Journal, 1893, p. 93). [Dans une tournure factitive] Faire valeter qqn. ,,Abuser de la complaisance de quelqu'un pour lui faire faire des courses, des démarches nombreuses`` (Ac. 1935). [valte], (il) valette [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1res attest. a) 1537 trans. « asservir » (Cl. MAROT, Ep. de Frippelippes, 74 ds Œuvres, éd. C. A. Mayer, t. 2, p. 99), b) 1557 intrans. « agir en valet » (FONTAINE, Epigr., p. 97 ds HUG.); de valet, dés. -er.
BBG. — NICHOLSON (G. G.). Ét. étymol. R. Ling. rom. 1929, t. 5, pp. 50-58. — QUEM. DDL t. 11 (s.v. valeter). — Sculpt. 1978, p. 11.

valet [valɛ] n. m.
ÉTYM. V. 1138, vallet « jeune écuyer » et, par ext., « jeune garçon »; var. vaslet, d'où varlet; lat. pop. vassellittus, double dimin. du lat. des Gaules vassus, du gaulois vasso-. → Vassal.
———
I
1 Anciennt. Écuyer au service d'un seigneur. 2. Page. Officier d'une maison princière, royale. || Valets de garde-robe du roi. || Premier valet de chambre du roi : « officier considérable de sa maison (…) qui est toujours en sa chambre, garde la cassette, etc. » (Furetière). → Estampille, cit. 1.
2 (1611). Carte sur laquelle est représenté un jeune écuyer, et qui vient en général après le roi et la dame (→ Dix, cit. 4; roi, cit. 20). || Valet de cœur (Lahire), de pique (Rogier), de carreau (Hector), de trèfle (Lancelot). || Nom des valets de trèfle ( Mistigri) et de pique ( Polignac), dans certains jeux. || Valet de cœur (→ Quinola, cit.). || Un brelan, un carré de valets.
———
II XIIIe, Chrétien de Troyes; semble l'avoir emporté au XVIe sur le sens I : || « maintenant le mot de valet se donne (…) à ceux qui entre nos serviteurs sont de moindre condition » (Pasquier, Recherches sur la France, VIII).
1 (Vieilli). Homme employé par une personne pour la servir. Domestique, laquais, serviteur (→ Compte, cit. 13; étrenne, cit. 5; famille, cit. 1). || Valet fidèle (→ Cruche, cit. 7), dévoué, zélé. || Son valet et ses laquais (→ Fils, cit. 7). || L'intendant (cit. 5) et les valets. Valetaille.Vx. || Valet à louer, sans emploi — ☑ Valet à tout faire (au fig.) : homme à toutes mains (→ Intrigue, cit. 6).L'homme juste (cit. 3) a l'estime de son valet. || Valets et maîtres (cit. 7). || Maître Puntila et son valet Matti, pièce de B. Brecht.Allus. littér. (→ Digne, cit. 4, Beaumarchais). — ☑ Prov. Tel maître, tel valet.Les bons maîtres font les bons valets ( Maître, supra cit. 4).
1 Ce n'est point assez que le valet plaise au maître, il faut encore que le maître plaise au valet; autrement ils sont l'un et l'autre fort mal ensemble.
A. R. Lesage, Gil Blas, XII, XII.
2 (…) maître ici, valet là, selon qu'il plaît à la fortune (…)
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, V, 3.
3 Qu'eussent-ils fait de leur grâce sans leurs valets pour leur tenir lieu de bras, de mains et de jambes ?
G. Sand, Histoire de ma vie, III, II.
Le personnage traditionnel d'un valet dans la comédie. Crispin. || Valets bouffons (cit. 3), niais. Jocrisse.
Péj. Laquais, larbin.Avoir l'âme d'un valet (→ Petit, cit. 32), un caractère bas (1. Bas), servile. — ☑ Être chassé, congédié comme un valet, brutalement.
(Mil. XVIIe). Par métaphore ou fig. Personnage servile, d'une complaisance exagérée. Caudataire. || « Le tyran est doublé du valet » (→ Antre, cit. 4). || « Roi des valets sans livrée, parasite (cit. 3) effronté… ».Serviteur soumis à son maître. Esclave.
4 Ces gens-là n'ont qu'une idée, quand ils voient une fleur : la mettre en pot, — un oiseau : le mettre en cage, — un homme libre : en faire un valet.
R. Rolland, Jean-Christophe, Les amies, p. 1102.
Anciennt. || Valet armé, valet d'armes : garde du corps. Estafier, goujat (1.).
Valet d'artillerie : servant (2. Servant) d'une pièce d'artillerie.
Valet de justice. Sergent.
2 Loc. (Vx). Je suis votre valet, et, ellipt, votre valet (Beaumarchais, le Barbier de Séville, IV, 1), formule de politesse. Serviteur.Iron. Formule de refus, de dénégation.
5 — Je suis votre valet, Monsieur, de tout mon cœur.
— Et moi, je suis, Monsieur, votre humble serviteur.
Molière, le Misanthrope, I, 2.
3 (1609). || Valet de pied. a Anciennt. Homme en livrée qui suivait les grands personnages.
b Mod. Domestique de grande maison, en livrée (→ Susceptible, cit. 5).
4 (1559). || Valet de chambre. a Anciennt. Domestique chargé du service personnel du maître. Camérier.
b Mod. Domestique masculin (→ Domestique, cit. 7; 1. livre, cit. 42; maternel, cit. 4; suite, cit. 15).Dans un hôtel. Garçon (d'étage).
6 Il n'y a pas de grand homme pour son valet de chambre, dit un proverbe.
Pas seulement pour son valet de chambre.
Paul Léautaud, Passe-temps, p. 124.
REM. Le mot est attribué à Mme Cornuel (1605-1694), précieuse du XVIIe s. (Mlle Aïssé, Lettres, 13 août 1728).
7 Le valet en livrée verte à boutons d'or se tenait debout devant la table (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VII, XII.
5 Salarié chargé de certains travaux.
a Vx. || Valet de cuisine. Cuisinier (aide), marmiton. || Valet de bourreau : aide-bourreau (→ Exécuteur, cit. 5). || Valet de jeu de paume (→ Garçon, cit. 19).
b Mod. || Valet (→ Madré, cit. 2), valet de ferme (→ Marteler, cit. 3).Valet de chiens, de limiers, de meute.Valet d'écurie, chargé des soins des chevaux. Palefrenier.
8 En moins d'un an, l'ancien ouvrier devint un bon valet de ferme, charriant, labourant, semant, fauchant (…)
Zola, la Terre, II, 1.
———
III (XVe).
1 Techn. Appareil, pièce, dispositif destiné à faciliter un travail.
a (1622). || Valet de menuisier ou valet : instrument, pièce de fer coudée dont se sert le menuisier pour maintenir une pièce sur l'établi.
9 Des menuisiers emportaient le valet de leur établi « pour enfoncer les portes ».
Hugo, les Misérables, IV, X, III.
Pince métallique à ressort destinée à maintenir la lame porte-objet sur la platine du microscope.
b (1611; varlet, 1539; varlet d'huis, 1539). Contrepoids qui fait se refermer une porte.
10 (…) il a entendu rouler et tonner la porte derrière ses épaules. Des serrures ont grincé, les valets de fer massif dont on étayait les vantaux se sont abattus (…)
J.-R. Bloch, la Nuit kurde, p. 47.
c (1590). Pied d'un miroir.
d (XIXe). Appareil en forme de tore permettant de poser un vase à fond sphérique sur une surface plane.
e (1752). Système de blocage immobilisant un verrou lorsqu'il est fermé.Techn. Arrêt d'appui du rouleau, dans un métier à tisser.
f (1770). Pêche. Pièce de bois munie de deux crochets, pour maintenir un filet ouvert.
g Vx. || Valet à débotter : tire-bottes.
tableau Noms d'instruments.
2 (XXe). Cintre monté sur pieds et pourvu d'accessoires tels que crochets, vide-poche, etc., sur lequel on place ses vêtements quand on se déshabille.
DÉR. Valetaille, valeter.
HOM. Valais; formes du v. valoir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • valet — 1. (va lè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l s se lie : des va lè z adroits ; valets rime avec traits, succès, paix, etc.{{}}; dans quelques provinces on dit vâ lè{{}}; bien que fondée en raison, puisque l orthographe primitive est vaslet,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Valet — and Varlet are terms for male servants who serve as personal attendants to their employer. In the Middle Ages, the valet de chambre to a ruler was a prestigious appointment for young courtiers, though in England, unlike France, these court roles… …   Wikipedia

  • valet — VALET. s. m. Domestique qui sert dans les bas emplois. Bon valet. méchant valet. valet à tout faire. il recompense mal ses valets. il se laisse gouverner, gourmander par ses valets. estre à la mercy de ses valets. valets de livrée. valet de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • valet — VALÉT, valeţi, s.m. 1. Servitor la casele boiereşti (aflat în serviciul personal al stăpânului); fecior, lacheu. 2. Fiecare dintre cele patru cărţi de joc, reprezentând figura unui cavaler; fante. – Din fr. valet. Trimis de bogdanrsb, 11.08.2002 …   Dicționar Român

  • Valet — hat folgende Bedeutungen: ein veralteter Abschiedsgruß, von lat. vale (leb wohl) im angelsächsischen Sprachraum: kostenlose Dienstleistung (z. B. valet coffee = kostenloser Kaffee in Hotels oder Restaurants) speziell eine besondere Form des… …   Deutsch Wikipedia

  • valet — personal man servant, mid 14c., from O.Fr. valet, variant of vaslet man s servant, originally squire, young man, from Gallo Romance *vassellittus young nobleman, squire, page, dim. of M.L. vassallus, from vassus servant (see VASSAL (Cf. vassal)) …   Etymology dictionary

  • Valet — Val et (?; 277), n. [F. valet, OF. vallet, varlet, vaslet. See {Varlet}, and {Vassal}.] [1913 Webster] 1. A male waiting servant; a servant who attends on gentleman s person; a body servant. [1913 Webster] 2. (Man.) A kind of goad or stick with a …   The Collaborative International Dictionary of English

  • valet — (izg. valȇ) m <G valèa, D L valèu> DEFINICIJA rij. sluga, lakaj; hotelski poslužitelj SINTAGMA valet de chambre (izg. valet d šámbr) sobar ETIMOLOGIJA fr. ← lat. vasselitus, vassus: sluga ← kelt …   Hrvatski jezični portal

  • Valet — sagen: Abschied nehmen. Die Wendung entstand aus dem ursprünglich ›valete!‹ = lebet wohl!{{ppd}}    Als Ursprung von ›valet sagen‹ (lateinisch vale dicere) sind Ovids ›Metamorphosen‹ (10, 62) angesehen worden: »supremum vale dicere«. Hans Sachs… …   Das Wörterbuch der Idiome

  • valet — ☛ V. percha valet …   Diccionario de la lengua española


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.